Taking too long? Close loading screen.
A’salfo – Une carrière magique
01/04/2018
QUATRE LEADERS DES DROITS CIVIQUES QUI ONT MARQUÉ L’HISTOIRE
04/04/2018

Nelson Mandela: Un super-héros

Le 5 décembre 2013, un combattant de la liberté mourrait en Afrique du Sud, à l’âge de 95 ans.
Son nom : Nelson Mandela. Sa super mission a été de vaincre le système raciste et ségrégationniste de son pays.

Épisode 1: Mandela découvre l’horreur raciste

À sa naissance, le 18 juillet 1918, Nelson Mandela, Madiba de son petit nom, ignore tout de son destin
de super héros. Son pays, l’Afrique du Sud, est alors une colonie britannique et est sous la domination
de peuples venus d’ailleurs, d’Europe notamment. Y vivent des Anglais ainsi que des Afrikaners, descendants de pionniers néerlandais, français, allemands et scandinaves*. Les Blancs sont minoritaires – un habitant sur cinq – mais ils ont tous les pouvoirs et tous les droits !
Destiné à devenir conseiller du roi de sa tribu, Mandela, qui appartient à la grande ethnie des Xhosas, a la chance d’étudier.
À 23 ans, il part à Johannesburg, la plus grande ville du pays, échappant à un mariage arrangé.
Il y découvre avec effroi les mines d’or, où les Africains sont exploités. Petit à petit, Mandela s’aperçoit que les Noirs sont brimés et que ce système est totalement injuste.

Épisode 2: Mandela rêve d’un monde meilleur

À Johannesburg, Mandela,super sportif et super charmeur,fait de la boxe et prépare un diplôme d’avocat. Il est le seul étudiant noir parmi les Blancs et se sent blessé chaque fois que l’on change de place pour éviter de s’asseoir à côté de lui ! Mais il rencontre aussi des Blancs, des Métis, des Noirs, qui militent pour une Afrique du Sud égalitaire et démocratique. Certains Africains sont membres de l’ANC, l’African National Congress(Congrès national africain). Ce parti, issu de la bourgeoisie noire,
dénonce le racisme et défend l’idée que tous les habitants du pays devraient avoir les mêmes
droits : celui de voter, d’exercer le métier de son choix, d’acheter des terres à cultiver, de vivre à l’endroit où on le souhaite… Mandela rejoint l’ANC. Désormais,il sait qu’il sera un combattant de la liberté.

Épisode 3: Mandela se rebelle

Le temps presse ! En 1944, la domination blanche devient officielle. Les lois de “l’apartheid*’’
interdisent aux Noirs d’utiliser les mêmes bus,hôpitaux; bibliothèques que les Blancs.
Devenu l’un des chefs de l’ANC, Mandela organise une opération de “désobéissance civile” : lemême jour, des milliers de Noirs font volontairement des choses défendues. Leur cri de guerre : “Tous en prison !”
Mais,en 1952, Mandela est arrêté et condamné à la “liberté surveillée”: il ne doit plus parler qu’à une seule personne à la fois, ce qui l’empêche même d’assister à l’anniversaire de son jeune fils. Déjà, son combat contre l’injustice lui impose d’énormes sacrifices.

Épisode 4: Mandela défend les siens

Mandela dispose d’une super arme : son diplôme d’avocat. Avec un ami proche, il fonde en 1952 le premier
cabinet d’avocats noirs du pays.
Objectif: défendre les Africains injustement persécutés, parce qu’ils ont bu à une fontaine réservée aux
Blancs, parce qu’ils ont marché dans la rue après 23 heures, ou encore parce qu’ils n’ont pas de pass (l’autorisation de déplacement, danscertains quartiers blancs, uniquement demandée aux Noirs de plus de 16 ans)… Mandela s’exprime si brillamment que les habitants des “townships*”, ces immenses quartiers pauvres réservés aux “non-Blancs”, viennent assister aux procès pour le spectacle ! Furieuses,
les autorités sud-africaines obligent Mandela et son associé à déménager à l’autre bout de la ville, dans un lieu pratiquement inaccessible.

Épisode 5: Mandela prend les armes

Mandela et ses amis continuent de lutter pacifiquement pour la liberté. Mais celle-ci est toujours un rêve…
En 1955, un quartier noir de Johannesburg est rasé et ses habitants déplacés. En 1960, la police tue 69 manifestants et en blesse 178. L’ANC est interdite. Alors que les peuples colonisés d’Asie et
d ’Afrique obtienn ent leur indépendance, l’Afrique du Sud s’enfonce dans l’injustice. Mandela
et ses amis décident que, hélas, le combat non-violent ne suffira pas… Mandela passe dans la clandestinité, et crée la branche armée de l’ANC. Déguisé en chauffeur ou en jardinier, il change de planque* sans arrêt pour échapper à la police. Des grèves anti-apartheid ont lieu un peu partout dans le pays et l’ANC commet son premier acte de sabotage : une nuit, Mandela et ses compagnons font sauter une usine de briques.

Épisode 6: Mandela n’a peur de rien

Au retour d’un périple secret en Afrique, au cours duquel Nelson Mandela persuade plusieurs dirigeants d’aider l’ANC, sa vie bascule : il est arrêté avec d’autres leaders pour sabotage, trahison et complot. Lors de son procès, vêtu d’uncostume traditionnel, il plaide non coupable et s’écrie : “J’ai condamné le racisme toute ma vie, je le combats aujourd’hui et je le combattrai jusqu’à mon dernier souffle !” Il est condamné à la prison. Mais un autre procès, pour violence, s’abat sur lui. La tension
est à son comble car les accusés risquent cette fois la peine de mort… Dans un super discours, Mandela affirme qu’il ne craint pas de mourir : si l’ANC fait appel à la violence, c’est en réponse à la violence de l’apartheid. Arrêté en 1962, il est emprisonné et condamné, le 12 juin 1964, avec plusieurs de ses compagnons à la prison à vie, échappant de peu à la peine de mort.

Épisode 7: Mandela derrière les barreaux

Mandela va passer 27 ans en prison, sans jamais perdre espoir. Enfermé dans une minuscule cellule sur la petite île-prison de Robben Island, il passe des heures à creuser dans une carrière de chaux*. Il n’a
droit qu’à un visiteur et une lettre tous les six mois. Mais la lutte continue. Mandela et ses amis font
grève pour obtenir des habits corrects . Ils inventent des stratagèmes pour s’informer en récupérant les journaux qui emballent leurs sandwichs, pour communiquer avec les autres prisonniers, à l’aide de messages codés, sur du papier toilette…
Ils forment même une branche secrète de l’ANC, qui recrute des membres en prison. Hélas, les nouvelles de l’extérieur indiquent un apartheid désespérément triomphant.

Épisode 8: Mandela négocie avec l’ennemi

Vers 1975, le vent tourne ! Dans le monde, le gouvernement sud-africain est très critiqué. Mandela devient un symbole. Au township de Soweto, à Johannesburg, les jeunes Noirs se révoltent par
milliers. En 1982, Mandela est transféré dans une prison plus confortable. Il serre sa femme dans ses bras pour la première fois depuis 21 ans ! Des messagers du gouvernement lui suggèrent d’abandonner la lutte en échange de sa libération. Mandela refuse ! Puis, il prend une initiative d’une sagesse extraordinaire : celle d’entamer des discussions, alors que beaucoup parient sur une guerre entre Noirs et Blancs. En 1989, un nouveau Président blanc, Frederik de Klerk, arrive au pouvoir. Mandela le rencontre et lui rappelle ce que l’ANC exige : une démocratie où la voix de chacun compte.

Épisode 9: Mandela est enfin libre

Aïe… Les Blancs, qui craignent de tout perdre, peinent à accepter ce principe démocratique.
Mais pour l’ANC, la seule voie possible est le gouvernement par la majorité. Mandela trouve cependant la force de rappeler que, malgré toutes les souffrances de l’apartheid, la nouvelle Afrique du Sud devra appartenir à tous ceux qui y vivent, la majorité noire comme la minorité blanche.
En 1991, Frederik de Klerk supprime l’apartheid dans les lieux publics et finit par autoriser l’ANC. Mandela est enfin libéré le 11 février 1990. Il a 71 ans. Face à la foule et aux télés du monde entier, il prononce ces mots : “Je suis un homme ordinaire devenu leader en raison de circonstances extraordinaires.” Super modeste, en plus !

Épisode 10: Mandela ne lâche rien

Le chemin vers la paix est semé d’embûches. Au sein de l’ANC, certains ont aussi du mal à accepter l’idée d’une réconciliation. Dans la région du KwaZulu-Natal (ethnie des Zoulous), de graves violences se produisent entre l ’ANC et l’Inkatha, un parti qui réclame un territoire indépendant.
Mandela a l’impression que le gouvernement encourage ces violences et ne veut pas vraiment la paix. Il connaît des moments de découragement. Mais il n’est pas du genre à craquer sur la ligne d’arrivée ! Après des années de discussions, de tensions, d’espoir et de désespoir, tout le monde se met d’accord sur la tenue d’élections auxquelles Blancs et Noirs participeront. Super Mandela n’a jamais été aussi proche du but !

Épisode 11: Mandela triomphe

Victoire ! Le 10 mai 1994 est un grand jour pour Mandela, l’Afrique du Sud et le monde
entier. Suite aux élections multiraciales du 27 avril 1994, remportées à une écrasante majorité (presque deux tiers des voix) par l’ANC, il devient le premier Président noir d’Afrique du Sud, devant 150 000 personneset 5 000 invités dont 42 chefs d’État. Ce jour de fête met fin à plus d’un siècle d’injustices pour les Noirs. Mandela ne s’est pas battu tout seul. Mais sans lui, l’Histoire aurait peut-être pris une autre tournure…Il achève de prouver qu’il est un super héros en 1999 : loin de s’accrocher au pouvoir, il le cède comme prévu à son successeur, Thabo Mbeki. Sa mission est achevée.