Taking too long? Close loading screen.
CEPE : QUAND BAYARD AFRIQUE RACONTE SES SOUVENIRS
05/06/2018
O’PLÉROU OU LES EMOTICONES A L’AFRICAINE
15/06/2018

5 QUESTIONS A SERGE BEYNAUD

Enfants et parents, il fait danser tous les âges. Son style chic et dandy attire, mais ce qui retient c’est sa musique. Découvrez Serge Beynaud, le mannequin des arrangeurs dans cette interview exclusive.

 

1- Aujourd’hui, Serge Beynaud est une vedette de renommée internationale. Quel effet ça te fait quand tu regardes là d’où tu viens et ce par quoi tu es passé ?

C’est tout un honneur pour moi d’être vu comme tel ! Quand je regarde dans le rétroviseur, je vois tous ces échecs. Eh oui ! Le succès que l’on voit aujourd’hui n’est que la partie visible de l’iceberg de plusieurs tentatives. Mais à force de persévérance et en me perfectionnant davantage, j’ai pu me faire une place que j’essaie d’élargir le maximum possible dans mon domaine d’activités. Ce que je retiens c’est que pour gravir les échelons, il faut plus que du talent. Il y a tout un état d’esprit qui va avec.

2- Qu’est-ce qui t’a donné la force de continuer dans ce milieu et de croire en toi chaque fois que tu étais confronté à des obstacles ?

C’est la confiance en soi. Je ne me sous-estime pas quel que soit ce que je dois affronter.

3- Quels sont les clés de ta réussite ?

D’abord, la discipline ensuite rêver grand, savoir saisir les opportunités, ne rien prendre pour acquis parce qu’on peut tout perdre du jour au lendemain, accepter la concurrence, travailler intelligemment et anticiper.

4- Les moments les plus marquants de ta carrière.

Tout moment sur scène est marquant. Chaque contact avec mon public me réjouit. Etre en communion avec mon public suffit à mon bonheur.

5- Ton message aux plus jeunes qui t’admirent et qui aimeraient faire carrière dans la musique comme toi ?

Le seul conseil que je peux leur donner, c’est d’être eux-mêmes. Ne jamais chercher à ressembler à quelqu’un d’autre. Il faut puiser en vous le meilleur à offrir.

 

Interview réalisée par Paola Audrey Ndegue en février 2018